Les forestiers-sapeurs sensibilisés aux enjeux de la biodiversité

Date de l'actualité: 
05/01/2022

En décembre dernier, les animateurs Natura 2000 de la Communauté de Communes du Grand Pic Saint-Loup accueillaient les forestiers-sapeurs des groupes de Saint-Martin-de-Londres et de Saint-Mathieu-de-Tréviers pour deux journées de sensibilisation à la biodiversité.

Les forestiers-sapeurs sensibilisés aux enjeux de la biodiversité

Ces journées ont été l’occasion pour les agents du Département de l'Hérault de mieux comprendre en quoi leurs missions au quotidien étaient importantes en matière de biodiversité, bien au-delà de la seule protection des forêts contre les incendies.

Cette opération fait suite à une action de sensibilisation aux enjeux des zones humides menée par le CEN Occitanie auprès du service des routes de l’Agence départementale de Saint-Mathieu-de-Tréviers durant l’été 2021. Elle sera suivie d’une action similaire menée auprès des rando-pisteurs qui assurent l’ouverture et l’entretien des sentiers de randonnée.

Forts de cette expérience et soucieux de conjuguer leurs missions, le Département de l’Hérault et la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup ont prévu de signer une Charte Natura 2000 au printemps prochain.

A la croisée des enjeux

La Communauté de communes et les forestiers-sapeurs du Département mènent un partenariat de longue date, où la lutte contre les incendies croise les enjeux de protection de l’environnement.

En décembre 2020, les forestiers-sapeurs du Département avaient déjà réalisé des travaux d’ouverture des milieux aux abords de la Route Départementale 1 entre les communes de Sainte-Croix-de-Quintillargues et Saint-Bauzille-de-Montmel. Ces travaux visaient à sécuriser ce “couloir” face au risque Incendie pour éviter la propagation d’un éventuel feu de forêt. L’action était menée dans le cadre de la mise en application des préconisations du Plan de Massif de Protection des Forêts Contre les Incendies initié par la Communauté de communes à la suite de l’incendie qui avait ravagé plus de 2500 hectares de forêt en août 2010.

Outre la lutte contre le risque incendie, ces travaux d’ouverture de milieux ont deux vertus majeures :

  • assurer l’accès aux ressources alimentaires pour le bétail : les espaces débroussaillés peuvent ainsi être pâturés et entretenus en partie par des pratiques pastorales ;
  • favoriser la biodiversité : les prairies et milieux ouverts reconquis constituent des zones réservoirs présentant une grande richesse : corridors biologiques et écologiques, mosaïque d’habitats naturels, ressources alimentaires et territoire de chasse pour la faune sauvage…